La spécialité Rethéloise : le Boudin Blanc

Le Boudin Blanc de Rethel serait né, au XVIIème siècle, des mains d’un cuisinier répondant au nom de Chamarande. Ce dernier, réfugié à Rethel, aurait exploité la matière première présente sur tout le rethélois : la viande de porc. Il l’aurait ajouté à la bouillie de lait, traditionnellement fabriquée au réveillon de Noël, pour créer “le” boudin blanc. Ce n’est qu’au milieu du XXème siècle qu’il s’est invité sur toutes les tables, principalement au réveillon de Noël. Auparavant, il était réservé aux gens aisés ; car, contrairement au boudin noir, il n’était fabriqué que par des professionnels et devait être acheté.

Le boudin blanc de Rethel se compose uniquement de viande de porc de premier choix, de lait, d’œufs frais, de sel, de poivre gris et blanc, d’échalotes, de boyau naturel et de secrets de fabrication bien gardés depuis plusieurs générations. Il peut être nature, truffé, forestier ou au foie gras. Vous pouvez l’accompagner indifféremment de fruits (pomme, poire…) ou de légumes (pommes de terre, asperges, champignons…).

Depuis 2001, le boudin blanc de Rethel bénéficie d’une Indication Géographique Protégée certifiant qu’il s’agit bien d’un produit issu d’une tradition de fabrication de Rethel.

La Confrérie du Boudin Blanc de Rethel, créée en 1986, est sortie de son sommeil en 2006 dans le but de promouvoir le boudin blanc de Rethel, notamment, par l’organisation de la traditionnelle Foire au Boudin Blanc qui a lieu le dernier week end d’avril.

 

À lire :
“Le Boudin Blanc-spécialité de Rethel” de Sandra Rota
(éditions Du Coq à l’Ane)

Son Histoire

Blason de la ville de Rethel

Si la Ville de RETHEL n’a donné aucun vestige archéologique intramuros, il faut signaler deux découvertes récentes importantes faites sur le finage de la commune. Pour la première, il s’agit d’un trésor d’orfèvrerie Gallo – Romaine composé de 17 pièves datant du 3ème siècle et trouvé en 1980 au lieudit « Le Moulinet » entre la route de BARBY et d’ECLY. Et puis, plus récemment, lors des travaux de la voie de contournement au Nord Est de RETHEL, au lieudit « L’Alouette », deux tombes à char de la période gauloise Tène I, malheureusement violées, ont été découvertes et fouillées.

Origine de la Ville :

Il paraît probable que sa fondation remonte à la fin du premier millénaire, vers 940. Les premières habitations se groupèrent autour du château, bâti par les premiers comtes de RETHEL.

Construite sur une hauteur, la butte féodale permet de surveiller la Vallée de l’Aisne de l’approche de troupes armées et d’assurer la sécurité des premiers habitants. Si le château fut rapidement fortifié, il faut attendre l’année 1357 pour que Louis III dit de MARLE entreprenne une ligne de fortifications continues encerclant la Ville. Charles de BOURGOGNE, en 1444, consolide et élargit l’enceinte du côté où la cité s’est développée.
A la fin du 16ème siècle, la ville fortifiée était devenue une place militaire. Elle eut à subir de nombreux sièges dont quatre entre 1650 et 1653. TURENNE, rallié aux Espagnols, prit la Ville en août 1650 mais il se fit battre en décembre de la même année dans la bataille dite de RETHEL par DUPLESSIS-PRASLIN au service du Roi de France. Reprise et investie par CONDE au service des Espagnols en 1652, la Ville fut, de nouveau, libérée par TURENNE qui avait quitté le parti espagnol en se ralliant au Roi de France en 1653.
Carte postale de la ville de Rethel en 1918 Les fortifications subsistèrent jusqu’au début du 18ème siècle et disparurent progressivement pour permettre à la Cité de s’étendre. Les Portes et les tours furent abattues à la fin du 18ème et dans la première moitié du 19ème siècle. Capitale d’un vaste comté, ce Duché devenu Duché-pairie sous Henri III devint l’un des plus importants royaumes. Il fut successivement la propriété des maisons de FLANDRE, de BOURGOGNE, d’ALBRET, de FOIX et de GONZAGUE avant de passer dans celle de MAZARIN en 1663. La Ville s’appellera d’ailleurs MAZARIN jusqu’à la révolution.
Le château féodal détruit à la révolution, l’occupation par les russes en 1814 et les allemands en 1870 nous amène, en traversant le temps, à ce conflit de 1914/1918 qui va détruire le cœur de la Cité. Le 1er septembre 1914, l’incendie provoqué par les Allemands va anéantir le centre ville avec ses vieilles maisons. Les faubourgs préservés du feu vont à leur tour disparaître lors de la prise de la Ville en mai 1940.

Aujourd’hui, la vieille église Saint-Nicolas domine de sa hauteur une ville neuve, moderne et en pleine expansion.

 

En suivant les sentiers urbains

Cliquez sur une image pour accéder au diaporama

mairie
La mairie de Rethel

sous-prefecture
La sous-préfecture

Les-Isles
Les Isles

Hopital
L'hôpital

bibliotheque
La bibliothèque

College-Sorbon
Le Collège Sorbon

Saint-Nicolas
L'Eglise Saint-Nicolas

centre-Linard
Le centre Linard

clos-lapierre
Le jardin du Clos Lapierre

chateau
Les portes du château

porte-du-chateau
Les portes du château

belvedere
Le belvédère

Les-halles
Les halles

theatre
Le cinéma-théâtre

Tribunal
Le tribunal (coté jardin)

Tribunal-facade
Le tribunal (facade)

Monument-aux-morts
Le monument-aux-morts

gare
La gare TGV

pont-europe
Le pont de l'Europe

creche-Noiret
La crèche Noiret

Aisne-sauvage
La rivière l'Aisne
(partie sauvage)

Aisne-canalisee
La rivière l'Aisne
(partie canalisée)

Saint-Remi
L'Eglise Saint-Remi

halte-fluviale
La halte fluviale

etang-Godart
L'étang Godart

 

 

 

Une ville à vivre
Situer Rethel
Culture
Sport
Social
Résidence Pierre Siégel
Cadre de vie
Éducation
Adresses utiles
Histoire et identité locale
Urgences et risques majeurs
 Histoire et identité locale